Dépistage du cancer du sein: le chien au service de l’Homme.


Une manière simple et 100 % naturelle pour détecter des cancers du sein. Vous connaissez?

 

L’ODORAT du chien.

 

Mais oui, vous avez bien lu ! Le chien peut mettre à notre service son odorat pour diagnostiquer des tissus cancéreux. Nous connaissions déjà les chiens qui prévenaient leurs maîtres d’un problème de santé (malaise hypoglycémique, infarctus du myocarde… ) mais nous avions jamais cherché plus loin que le bout de notre nez.

 

Lisez cette petite histoire très intéressante:

La britannique Karin Gibson a été diagnostiquée d’un cancer du sein grâce à son labrador. « Paddy » a détecté de manière précoce la présence d’une tumeur dans le sein droit de sa maîtresse.

La britannique de 62 ans, Karin Gibson, en a fait l’expérience en rentrant chez elle le 14 Août 2015, dans le district d’Hilsea à Portsmouth après quelques jours de vacances.
Son labrador noir  » Paddy » a commencé à lui renifler la poitrine, et précisément le sein droit, de manière anormale :  » Il sautait sur moi, sentait mon haleine, me regardait dans les yeux, et se frottait contre ma poitrine » a-t-elle raconté selon BBC News . Inquiète, la sexagénaire est allée consulter un médecin au bout de 15 jours. Les résultats de la mammographie et de la biopsie lui ont révélé la présence d’une tumeur au sein droit, l’endroit précis que Paddy reniflait.

 

 

KDOG est un programme de recherche en matière de dépistage du cancer reposant sur l’odorat canin utilisant une méthode fiable, reproductible, non invasive et peu coûteuse qui offre une alternative à la mammographie en première intention. KDOG repose sur les travaux du Dr Isabelle Fromantin, infirmière à l’Institut Curie, sur les plaies et cicatrisation du cancer du sein. Les chiens, au cœur du processus de détection, sont formés par des experts cynophiles, qui les font travailler sur la mémorisation olfactive à un seuil très faible de détection des cellules infectées sur des échantillons de tumeurs puis sur des lingettes.

 

Lien intéressant: https://youtu.be/PrQCDWee9Dc

La ministre de la santé a modifié les modalités de prise en charge de la prévention du cancer du sein: une meilleure prise en charge pour une approche plus humaine et moins stressante. Le médecin généraliste devra s’investir plus franchement dans le suivi des dépistages.

La femme devrait se sentir moins seule face à des dépistages stressants et menant quelques fois à des parcours difficiles.

Rapport de la ministre: http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/plan-actions-renov-cancer-sein.pdf

 

En espérant que ces résultats très prometteurs mènent à d’autres découvertes toutes aussi enrichissantes!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *