La coloration végétale


Depuis le temps que je voulais le faire, ça y est, je l’ai fait !

 

Vous allez pensez : « mais elle a fait quoi ? » : piercing, tatouage, journée détente à Vittel, vol en parachute ?  Et, bien non rien de tout ça…

J’ai tenté la coloration végétale !

 

Et oui, je l’ai fait. Mais pourquoi la coloration végétale ?

Depuis toujours, la femme prend soin de ses cheveux, signe incontestable de beauté. La coloration des cheveux se faisait grâce à des poudres de fleurs, de racines, de feuilles d’écorces de plantes tinctoriales (qui peuvent donner de la couleur). Encore très utilisés en Inde, cette technique de coloration fut peu à peu oubliée laissant place à la coloration chimique qui offrait une palette de couleurs plus grande, une meilleur reproductibilité de la teinte et une facilité d’application. Finalement, après des décennies d’utilisation, nous revenons petit à petit au naturel car nous savons que les produits utilisés dans ces colorations 100% chimiques ne nous apportent rien de bon même au contraire (allergies, cancers…)

Au début, on appréhende, on ose pas le faire en se disant : oh, là là, qu’est ce que ça va donner ! On est beaucoup à avoir en souvenir une copine qui a essayé le henné et qui était devenu « orange citrouille ». Non, moi je ne veux pas devenir « poil de carotte », je veux juste redonner de l’éclat à ma couleur.

Mais, la santé avant tout, alors, on n’hésite plus… On fonce.

 

Pour cela, hors de question de faire des expériences toute seule dans ma salle de bain avec je ne sais quelle poudre d’origine douteuse. Je vais faire appel à Karine, coiffeuse gérante du salon « Tendance nature » d’Epinal, experte en soins capillaires naturels. Là, je suis en confiance. Allez c’est parti…

Je vais vous raconter mon expérience avec la coloration végétale…

Il faut déjà savoir que l’on ne peut pas éclaircir les cheveux en coloration naturelle, on peut foncer, dorer, apporter des reflets cuivrés ou sublimer la couleur naturelle. La coloration végétale est un véritable soin colorant pour le cheveux, biodégradable, inoffensif pour la santé. La couleur végétale vient se déposer sur la tige capillaire, sans l’endommager. Elle respecte l’écaille du cheveu, offrant un  résultat plus brillant. Contrairement à la chimie, le henné ne modifie pas les pigments naturels du cheveu.  Bon, et bien moi je veux du naturel, on décide donc de sublimer la couleur un peu terne.

 

 

  1. Tout d’abord, on commence le rituel avec un masque à l’argile (argile verte, huile de jojoba et huiles essentielles de cèdre, arbre à thé… ): j’ai vérifié pour vous la composition de ce que l’on me mettait sur la tête !. Ouf, que du naturel !

 

Ce masque purifie le cheveu pour ôter tous les résidus chimiques (gels, silicones, décoloration chimique…) Cela permet donc d’améliorer la prise des pigments végétaux, qui contrairement aux substances chimiques ne pénètrent pas dans la matrice du cheveu mais reste en surface.

 

 

2- Une fois les cheveux purifiés, place à la coloration : en fait un mélange de poudre d’origine naturelle en proportion variable : une recette complètement personnalisée selon le rendu voulu, la couleur originelle du cheveu, le pourcentage de cheveux blancs….

 

Pour moi ce fut un mélange de « champagne, blond doré et Indian gold ».

 

Voici les principaux composants des poudres de la gamme « Hairborist »:

 

Pour les tons chauds: 

ACAJOU et AUBURN: henné et sodium picramate (2% pour fixer plus rapidement: transparence absolus dans les compositions)

CUIVRE et INDIAN GOLD: henné (cuivré clair)

BLOND: henné, henné neutre, rhubarbe, camomille, feuille de romarin

CHAMPAGNE: henné, safran, plante isatis (bleu), jujubier

ROUGE BRESIL: henné, bois de campêche

INDIAN RED: garance indienne

NOISETTE: indigo (indigofera argentea), henné, bois de campêche

 

Pour les tons froids: 

INDIAN BLACK: indigo (argentea)

NOIR INTENSE: indigo (tinctorius)

BRUN : indigo (indigofera tinctorius), henné

CHATAIN: indigo, henné, henné neutre

COLD CHESNUT: indigo, jujubier, henné, brou de noix

MYRTILLE: bois de campêche, plante bleue, safran, henné neutre, myrtille

Des fleurs, des feuilles, du bois, des pistils de fleurs… enfin que des plantes.

Un saladier, des poudres, de l’eau chaude et c’est tout ! On mélange (comme en cuisine !) et c’est prêt. C’est très intéressant de savoir exactement ce que contiennent les produits utilisés.

 

 

Maintenant on passe à la pose du masque de coloration dont le temps de pose va varier selon la couleur voulue : pour moi ce fut 45 minutes sous cellophane.

 

Et hop, je suis emballée !

 

 

 

 

 

 

 

Pour l’attente, je savoure un bon thé mangue-litchi  (une attention sympathique pour patienter) dans une ambiance calme et détendue.

 

45 minutes se sont écoulées : on passe au rinçage et au shampoing aux huiles essentielles. Tout ceci, suivi d’un dernier rinçage à base de vinaigre de cidre pour resserrer les écailles du cheveu.

Allez on passe à la coupe.

Et attention tadam : voilà le résultat !

 

 

Une chevelure douce et soyeuse avec une teinte uniforme et aux reflets dorés- acajou prononcés. Cool, je ne suis ni verte ni rousse ! Et cela fait très naturel. Les cheveux sont plus brillants, rayonnants de santé.

 

Alors, pas si compliqué finalement de passer à la couleur végétale! ♥♥♥

 

Une expérience à vivre puis une habitude à adopter.

 

Idéale pour les femmes enceintes ou allaitantes soucieuses de la santé de leur progéniture (et de leur santé d’ailleurs),  pour les personnes sous chimiothérapies, ayant des antécédents de cancers ou tout simplement pour toutes les femmes ayant envie de vivre au naturel de la tête aux pieds (naturelle jusqu’au bout des cheveux !).

De plus, il faut savoir que la couleur s’estompe progressivement ainsi il y a beaucoup moins d’effet racine et la couleur perdure durant 4 semaines environ pour les chevelures 100% blanches à la base et jusqu’à 3 mois en général. Pas mal du tout!

Certes le coût est plus important au début mais finalement on refait sa couleur moins régulièrement! 😉

 

Et après plusieurs semaines : ça donne quoi ?

Lors des premiers shampoings, les cheveux sentent une légère odeur de foin mais cela s’estompe rapidement.

Pour remédier à cela,  vous pouvez mettre quelques gouttes de lavande ou d’Ylang ylang dans votre shampoing.

 

 

 

Après 2 lavages, mes cheveux ont une teinte un peu cuivrée : aïe, aïe, aïe …mais non pas de panique : les reflets évoluent dans le temps. Au bout de quelques jours, les reflets sont tout à fait naturels.:)

Un dernier conseil : on entretient sa couleur et la brillance de sa chevelure avec des shampoings biologiques  et un masque aux huiles végétales de temps en temps !

 

Alors ça vous tente ?