Le bouton de fièvre


Le bouton de fièvre ou « Herpès labial« est une éruption  de petites vésicules sur les lèvres. C’est une pathologie fréquente due à un vilain virus. Ceci est très gênant et pas très esthétique!

herpés

Malheureusement, c’est une affection cutanée récidivante.

Lorsque vous avez été en contact rapproché avec quelqu’un atteint du virus, et que vous avez la malchance de devenir vous aussi porteur du virus, vous le gardez en vous! Souvent cela se passe dans l’enfance et on ne s’en rend même pas compte! Et dès que vous avez un gros coup de stress, une infection ou si vous êtes allé un peu trop au soleil ou au froid sans protection ou si vous êtes fatigués, si vous prenez des corticoïdes, ou à la suite d’un choc émotionnel, ce virus « se réactive » ou se réveille et hop! c’est le bouton de fièvre assuré!

Ce virus s’appelle l’herpès simplex virus 1 (HSV1)

Les symptômes de l’herpès labial

 

L’herpès labial apparaît généralement sur les lèvres sous la forme d’un « bouquet » de vésicules situé sur une zone de rougeur. Les vésicules contiennent un liquide clair contenant des virus. Elles se rassemblent parfois en formant une bulle, puis se rompent. Elles font alors place à une croûte qui recouvre la lésion et tombe en quelques jours.
Une légère fièvre peut accompagner cette éruption.

Avant l’éruption du bouton, vous pouvez ressentir:

  • une chaleur locale ;
  • des picotements ;
  • des démangeaisons.

Il faut savoir reconnaître ces signes car le traitement local doit être commencé dès leur apparition.

L’herpès labial est contagieux dès l’apparition des signes précurseurs de l’éruption jusqu’à l’apparition des croûtes.

Mais attention! Il existe deux virus en cause dans l’herpès .

  • Le virus HSV1 est responsable des infections herpétiques de la partie supérieure du corps.
  • Le virus HSV2 est à l’origine des infections herpétiques de la région génitale. Et oui, on peut également avoir de l’herpès ailleurs! Mais quelques fois on y retrouve le HSV1 (attention aux pratiques sexuelles bucco-génitales!)

 

Les bons gestes en cas d’herpès labial

 

  • Bien se laver les mains avant et après l’application des traitements.
  • Ne pas toucher ses lésions pour éviter tout risque d’auto-contamination, notamment au niveau de l’œil.
  • Éviter d’embrasser ses proches, le virus étant aussi présent dans la salive. Surtout s’il s’agit d’une femme enceinte, d’un nourrisson ou d’une personne malade.
  • En cas d’exposition au soleil, prévoir un stick labial photoprotecteur, minimum 30 et à usage personnel !

Bon maintenant que l’on sait exactement ce que c’est, on fait quoi!

Et bien on traite, pardi!

Les traitements

 

  • Traitements classiques

 

C’est le fameux aciclovir ou Activir* que tout le monde connaît plus ou moins. Le générique  » l’aciclovir » revient moins cher. Il se présente sous forme de petit tube dans les 3-4 euros que l’on doit mettre dès les premiers symptômes 5 fois par jour.
A noter: utilisable chez les enfants à partir de 6 ans et chez la femme enceinte!

 

activir

Erazaban 10 % crème* (docosanol). Un peu plus discret à l’application mais un peu plus cher aussi. Utilisable par les enfants à partir de 12 ans.

Herpapaisyl* (petrolatum : pas très naturel et propolis: j’aime mieux!) Utilisable dès 6 ans.

Cuterpès* (ibacitabine) : un autre anti-viral. Conservation maximale 1 mois après la première utilisation. Pas très pratique !

Toutes ces crèmes contiennent du propylène glycol (risque d’irritations).

De plus certaines études ont montré que finalement ces crèmes ne faisaient gagner que 24 heures dans la résolution de la poussée d’herpès ! (Durée moyenne de 5 jours en l’absence de traitement).

Il existe également des patchs ou des gels formant un film, qui cicatrisent le bouton et protège de la transmission du virus. Les laboratoires: Compeed, Urgo, Mercurochrome… en font! Mesdames, vous pouvez même vous maquiller par dessus! (Bon, question camouflage, c’est un peu limite mais bon!) Bof, bof!

Un traitement oral (valaciclovir*) peut être instauré en prévention chez les personnes ayant très souvent des poussées d’herpès.

 

  • Traitements naturels

 

– Pour les adeptes d’homéopathie :

Prendre dès les premiers symptômes 1 dose de vaccinotoxinum en 7 ou 9CH à répéter 6 heures après.
Apis mellifica 15CH si gonflement et sensation de piqûres et Rhus toxicodendron en 9CH: 5 granules de chaque toutes les heures puis on espace quand il y a amélioration.
Mezereum 7CH si la croûte démange beaucoup.
Pour éviter les récidives : Rhus tox 9CH et Vaccinotoxinum 30CH 1 dose tous les 15 jours ou autre protocole: 1 dose par semaine de Natrum muriaticum 9CH pendant 3 semaines puis 1 dose de vaccinotoxinum 9CH la 4 ème semaine et 1 dose à nouveau de Vaccinotoxinum 9CH 1 mois après

– En aromathérapie

On utilisera des HE (= huiles essentielles) aux propriétés anti-virales puissantes : Ravintsara, Niaouli, Arbre à thé auxquelles on pourra associer la Menthe poivrée pour son côté anesthésiant et/ou la Lavande fine (anti-douleur, anti-inflammatoire, cicatrisante).

On peut utiliser pur, si on le tolère, le Ravintsara, l’Arbre à thé ou le Niaouli. A appliquer plusieurs fois par jour sur le bouton ou se préparer un petit roll on avec plusieurs HE.
Le Niaouli sera en plus cicatrisant mais un peu plus irritant que le Ravintsara et l’Arbre à thé.

Ne pas utiliser chez l’enfant de moins de 6 ans, la femme enceinte et prudence chez les asthmatiques et les personne épileptiques.

Il existe également des roll-on tout prêts des laboratoires : Vanessences, Agat’he, Pranarôm (labiarom*)

Labiarom* : Aux huiles essentielles 100 % pures et naturelles : Ravintsara, Eucalyptus radié, Niaouli, Citronnier, Menthe poivrée, Tanaisie annuelle + Aux huiles végétales de : Onagre, Jojoba, Calophylle, Argan, Rose musquée du Chili.

Adultes, femmes enceintes et allaitantes et enfants dès 30 mois: dès la première sensation gênante, appliquer sur le bouton de lèvre au minimum 6 fois par jour, jusqu’à disparition complète.
Alors à vos placards : vous avez bien une des huiles essentielles citées, non ?

Autre info: on évite tous les aliments riches en arginine (car cet acide aminé accroît la croissance des virus de l’herpès) soit tous les produits à base d’amande, de noix, de chocolat, de graines, de soja…

Pour améliorer la disparition du bouton de fièvre ou éviter les récidives, vous pouvez prendre de la lysine. Quésako encore?

L’emploi de la lysine pour combattre le virus responsable de l’herpès a fait l’objet de quelques études cliniques au cours des années 1980. Ces essais (229 sujets en tout) ont surtout porté sur l’herpès labial. Les résultats de la majorité des essais indiquent que cet acide aminé peut contribuer à diminuer la récurrence et la gravité des crises et peut-être même accélérer la guérison chez certains sujets. Une enquête auprès de 1 543 personnes souffrant d’herpès et ayant pris de la lysine (1 g par jour en moyenne) durant six mois a également donné des résultats positifs. Ces dernières données étant subjectives, elles ne constituent pas une preuve clinique, mais elles vont dans le sens d’une efficacité possible de la lysine.

La théorie proposée par les chercheurs pour expliquer l’efficacité de la lysine est la suivante : le virus cesserait de se multiplier lorsque le taux de lysine dans l’organisme dépasse celui de l’arginine. Le virus a besoin d’arginine pour se reproduire et, lorsque celle-ci disparaît au profit de la lysine (ces deux acides aminés sont concurrents), il aurait plus de mal à se multiplier.

Bien qu’on utilise parfois la lysine pour traiter l’herpès génital et les aphtes, son efficacité à cet égard n’a jamais fait l’objet d’essais cliniques rigoureux (Source: passeportsanté)

Le laboratoire Solgar propose un complément à base de lysine.

1 gélule 5 fois par jour en dehors des repas pendant 5 jours en cas de poussée et 1 gélule par jour (10 jours par mois) pendant 5 mois en prévention.

Cela peut être intéressant pour ceux anti-homéo mais qui veulent se débarrasser de ces poussées gênantes! A tester!

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *