En finir avec cette fichue plaie qui ne cicatrise pas!


Vous avez tout essayé !: les pansements hydrocolloïdes, la Fucidine*, la Flammazine*, les Urgotul°, les tulles gras, la Biseptine°, la Betadine°… mais rien n’y fait, cela fait des mois que cette fichue plaie traîne et vous ne vous en sortez pas! Le médecin prescrit, l’infirmière traite mais rien n’y fait!

Voilà peut être des solutions à votre problème!

Avant tout, on recherche la cause! Pourquoi cette fichue plaie ne cicatrise t’elle pas? Si la personne est diabétique, dénutrie ou très âgée, la cicatrisation est moins rapide. Pour cela, il faudrait toujours commencer par équilibrer le diabète pour les diabétiques, apporter des compléments hyper-protéinées si besoin et faire des cures de silicium voire de vitamines si besoin pour aider le corps à se réparer naturellement.

 

 

De même une mauvaise circulation sanguine empêchera la revascularisation de la plaie (la plaie sera moins bien oxygénée et aura du mal à se cicatriser). Pour cela, il faudra penser à faire une cure de vigne rouge ou équivalent voire à porter des chaussettes de contention si on arrive à les mettre!

Pour soigner une plaie, il faut garder en mémoire que la plaie dois toujours rester propre et humide pour pouvoir cicatriser convenablement.

On évitera, à tout prix, la formation de croûtes. Elles entrainent une rétractation de la peau et augmentent le risque de marques résiduelles. Elles peuvent aussi démanger. Si l’on commence à gratter la plaie, et que l’on arrache la croûte, cela créé une nouvelle petite plaie, qui retarde d’autant la cicatrisation, et favorise l’apparition de marque. Si malgré vos précautions, une croûte s’est déjà formée:  il faudra la ramollir avec un produit gras, comme par exemple une crème hydratante ou de la vaseline, pour qu’elle se détache et tombe d’elle-même.

  • En premier lieu, on se lave les mains si on soigne quelqu’un : on évite ainsi tout risque de contamination de maladies qui se transmettent via le sang.

 

  • Toute plaie doit être nettoyée avec de l’eau et du savon ou du sérum physiologique, afin de retirer les débris cutanés et sanguins, puis rincée et séchée en tamponnant avec une compresse stérile. Il faut nettoyer en partant du centre pour aller vers les bords.

 

  • Ensuite, il faudra appliquer un antiseptique qui ne pique pas type Diaseptyl* (la biseptine* contient un peu d’alcool et ça pique: et oui même si le contraire est marqué dessus!) Les sprays à base de chlorhexidine restent le meilleur choix pour toute la famille. Il ne faut pas utiliser d’alcool sur une peau lésée car ce serait trop irritant. Ne pas utiliser plusieurs antiseptiques différents car leur action pourrait s’annuler.

 

  • On laissera sécher la lésion puis on appliquera un pansement adapté (voir plus bas)

 

  • De plus, on vérifie la validité de la vaccination antitétanique.

 

En ce qui concerne les soins locaux, vous pouvez tester:

  • Le TEGAROME du laboratoire Cosbionat (mon chouchou!) qui en plus d’être antibactérien, sera anti-inflammatoire et cicatrisant. Directement sur la plaie ou en compresse imprégnée.

 

Mon produit chouchou

  • Les SOINS AU MIEL stérile type Revamil° ou Melectis°. Des pansements ou des gels à base de miel stérile qui sera donc anti-infectieux et cicatrisant.

 

 

  • Les compresses imprégnées « ialuset border » qui permettent d’humidifier la plaie pour une meilleure cicatrisation. Elles évitent que la compresse colle à la plaie.

 

  • La flamigel: gel à base d’hydrocolloïde et d’arginine pour optimiser la cicatrisation.

 

Dans tous les cas: éviter le réflexe: Biafine* qui est allergisant ou éosine (qui camoufle la cicatrisation et en plus on en a plein les doigts!)

 

Une fois refermée, on traite encore!

Dès que la plaie est refermée, on peut faire un léger palper rouler tous les jours sur la peau au moment où l’on applique le soin cicatrisant (si la texture s’y prête). Cette pression mécanique assouplit et stimule les fibroblastes, fibres de soutien du derme. Il suffit de masser délicatement pour favoriser une bonne cicatrisation. Vous pouvez utiliser sur une plaie refermée de la Cicalfate* d’Avène, l’Epithéliale AH* de A-derma ou la Cicabio* de Bioderma.

 

Et on la protège!

Car, « elle n’est « stabilisée » qu’au bout de 12 à 18 mois. Mettre un pansement dessus permet de limiter les frottements avec les vêtements et protège aussi des expositions solaires ». Car, non seulement il ne faut pas exposer une cicatrice au soleil (elle risque de se pigmenter), mais en plus un produit solaire contenant des filtres chimiques ne doit pas être appliqué sur une peau lésée. Le pansement reste la meilleure solution pour éviter de garder une marque.

Maintenant à vous de jouer!